CayVelours-2.JPG

Hey.

Bienvenue sur mon blog. Retrouvez ici mes looks, mes voyages et mes billets humeurs. Bonne visite !

Les alternatives à la pilule contraceptive

Les alternatives à la pilule contraceptive

Je vous parlais de la pilule contraceptive et du pourquoi je l'avais laissé tomber dans le précédent article, que vous pouvez retrouver ici. Cependant, loin de moi l'idée d'avoir un petit bébé dans les mois - même les années - à venir. La contraception est donc toujours d'actualité dans ma vie de couple et dans ma vie de femme. Mais laquelle choisir ? Comment la choisir ? Pourquoi ?

Les alternatives à la pilule contraceptive

Il existe actuellement une multitude de contraceptions naturelles ou non naturelles mais les femmes sont encore trop peu informés. Voici donc une liste, non exhaustive, de contraception. Je vous renvoie également vers un article hyper complet sur toutes les méthodes de contraception et leur avantages/inconvénients :  "Choisir sa contraception: comparaison des différents moyens et méthodes."

Je souhaite avant toute chose vous remercier, car vous avez été très nombreuses à donner votre témoignage sur vos différentes contraceptions  ! Alors merci du fond du cœur, cet article est complet grâce à vous !

Disclamer : Je ne suis ni médecin, ni gynécologue. Cet article a uniquement un but informatif, même si il doit manquer des informations. Je ne préconise aucune contraception plus qu'une autre. Le but étant d'informer et de permettre à chacune de trouver la contraception qui lui convient. Évidement parlez en a votre médecin ou votre gynécologue avant de commencer une contraception !

Les contraceptions naturelles

  • L'abstinence périodique : Consiste à ne pas avoir de rapports pendant a période d'ovulation. Elle peut se faire soit en comptant les jours, soit en surveillant sa température ou la consistance de la glaire cervicale.
  • Le retrait : L'homme se retire avant l'éjaculation lors des rapports.

" J'ai d'abord pris la pilule pour calmer en partie mon syndrome pré-menstruel (douleur, malaises, poitrine douloureuse, dépression, etc..) Mais j'ai eu des effets secondaires violents : perte de cheveux, malaises, aucune libido ni lubrification naturelle, apparition de pertes maronnatres chaque jours et gonflement abdominal. Depuis je refuse tout ce qui est à base d'hormones. J'ai donc pris la décision d'arrêter la pilule et j'ai commencé à calculer mes cycles. J'étais réglée comme une horloge, je connais donc mon jour d'ovulation, le 14ème jour avant mes règles. J'ai commencé à pratiquer le retrait sauf sur les 24h d'ovulation pendant lesquelles je ne prends aucun risque. Ça fait maintenant 3 ans que nous utilisons la méthode du retrait et ça nous convient vraiment bien ! L'avantage c'est que ton désir est le tien et non celui crée par les hormones, tu n'as rien d'artificiel en toi et tu reste "propre" grâce au retrait. Mais il y a aussi des inconvénients, j'ai toujours le syndromes pré-menstruel et les chances de tomber enceintes sont forcément plus grandes. Il faut faire attention, écouter son corps et avoir un partenaire compréhensif et tout va bien ! " -Anonyme

" J'ai coisis cette métode car j'ai eu des ros soucis de santé avec la pilule ! J'étais en couple avec mon céri actuel que j'ai rencontré à l'étraner, je ne prenais plus la pilule quand nous nous sommes renocntrés. Nous avons fait les test pour s'assurer qu'uaucun n'avait de MST/. Ensuite j'ai trouvé une applip permettant de compter mon scycle et je comptais éalemeny de mon coté . Nous utilisaons la métode naturelle du retarit/ Au bout d'un mois et demi, pas de rèles. jJe fais un test et il est positif ! Etant à l'étraner et mon cérie dans un autre pays, j'ai été dobliée de rentrer en France pour me faire avorter car cilléal dans e pays dans lequel j'étais. Depuis nous faison attention et nous utilisapns des préservatifs à caque rapport "  -Anais

" J’ai commencé à prendre la pilule à 19 ans lors de ma première relation sérieuse. Avant je me protégeais et ayant toujours eu des règles très régulières je n’en voyais pas l’intérêt. Et puis j’ai eu des kystes ovariens à répétition et le besoin d’un contraceptif , j’ai donc accepté de prendre la pilule à contre cœur. J’ai du en tester 4-5 mais aucune ne m’allait vraiment. J’avais la poitrine qui gonflait tellement que ça en devenait douloureux (on aurait dit une vache gonflée sous hormone). Je me sentais gonflée de partout et mal dans mon corps. Mais pour moi je n’avais pas le choix. Un an et demi plus tard, nous nous séparons avec mon copain. La première chose que j’ai faite ça a été d’arrêter la pilule ! J’ai enchaîné trois ans de célibat et je me protégeais avec la bonne vieille méthode du préservatif lorsque j’avais des relations sexuelles ! Cela m’allait très bien puisqu’il n’avait rien de sérieux et je ne voulais pas avaler des hormones pour rien. Sauf que l’amour a de nouveau frappé à ma porte. Nous avons pendant plusieurs mois utilisé la méthode du retrait. Et puis mes kystes ont de nouveau fait leur retour alors je me suis dis qu’il était temps de retenter l’expérience pilule. Mais de nouveau la poitrine ultra gonflée mais surtout faisant des crises d’angoisses depuis toujours elles étaient revenues et cela coïncidait avec la reprise de la pilule donc par précaution je l’ai arrêté à nouveau. Donc nous revoilà à la méthode naturelle. Je suis mes cycles sur l’application Clue mais j’ai toujours été réglé parfaitement. Je fais de temps en temps des prises de sang pour m’assurer qu’il n’y ait pas de grossesse extra utérine ou déni de grossesse. A l’heure actuelle je n’ai toujours pas trouvée une méthode qui me correspond. En attendant je suis à l’écoute de mon corps et je n’ai toujours pas envie de bouffer des hormones. Je sais que pour être plus sereine et pour stopper mes kystes il faudrait que je la reprenne sauf qu’entre temps je suis devenue fumeuse et je n’ai pas envie de faire le combo pilule + tabac. J’avais voulu poser le stérilet mais c’est pas l’idéal quand au fait des kystes apparemment... Alors j’attends que la pilule masculine apparaisse enfin sur le marché haha ! Après tout cela les concerne tout autant si ils ne veulent pas se retrouver papa ! " - Laurine

Attention, ces deux méthodes sont peu fiables.Il existe 80% de chance de tomber enceinte avec ces deux techniques.

Les contraceptions non naturelles

Méthodes chimiques

  • Les spermicides : sous formes d'ovules, de crème ou d'éponge. Ils s'appliquent juste avant le rapport et protège sur des durées courtes. Ces méthodes, lorsqu'elles sont bien appliquées sont efficaces à 82%.

Méthodes mécaniques

  • Le diaphragme : C'est une soucoupe en silicone ayant deux parties : une membrane concave, tendue par une armature circulaire qui est un ressort métallique. Il doit être placer dans le vagin afin qu’il recouvre le col de l’utérus. Le diaphragme est donc un moyen de contraception qui agit en faisant obstacle à la progression des spermatozoïdes vers l’utérus. On associe un spermicide avec le diaphragme, en disposant une crème uni dose au fond de la cavité.

"Après différents essais de la pilule mon médecin m'as parlé du diaphragme. Peu en auront entendu parler et pourtant c'est sans hormones, naturel, économique et efficace à 94% lorsquil est bien utilisé. C'est un capuchon en silicone qu'on introduit au contact du col de l'utérus pour éviter le passage des spermatozoïdes. Il faut y ajouter une crème spermicide. Il est nécessaire d'avoir vu un praticien (gynéco ou sage femme) pour nous apprendre à bien le positionner. Après le rapport il faut le garder 8h pour qu'il n'y ai aucun risque. Ensuite il suffit de le laver et de le remettre dans sa petite boite. L'avantage c'est que c'est une contraception sans hormones, économique et qu'on ne sent absolument pas que ce soit moi ou mon compagnon. Cependant il est peu connu et peu de médecins le prescrive. L'inconvénient c'est qu'il faut penser à le prendre avec soi et qu'évidement il ne protège pas des MST. Même si certains lui trouveront trop d'inconvénients, c'est pour moi, la méthode de contraception que j'ai adopté et qui me correspond. " - Sophie
 

  • Les préservatifs : C'est la contraception la plus connue, en effet se sont les seules à avoir un double effet: contraceptif et protecteur contre les maladies ou autres infections sexuellement transmissibles. Il existe des préservatifs féminins et des préservatifs masculins, mais seul ces derniers protègent des MST et infections sexuellement transmissibles.

"Tout d'abord bonjour à toutes les lectrices de ce super blog. Si j'ai avant tout décidé de témoigner c'est car
il s'agit d'un sujet qui me tient particulièrement à cœur, vous allez comprendre pourquoi. J'ai 20 ans et n'ai jamais utilisé de moyen de contraception autre que le préservatif. En effet ma mère et les autres femmes de ma famille m'ont toujours déconseillé de prendre la pilule à cause des effets néfastes qu'elles ont connu personnellement ou au travers des gens de leur entourage, et je les en remercie fortement. Je ne détaillerai pas ces effets car je pense que l'article de Marie sera bien plus complet à ce sujet. Quant au préservatif, il faut savoir que c'est le seul moyen de contraception permettant de se protéger des infections sexuellement transmissibles (IST). En ce qui me concerne, ayant toujours eu de longues relations et réalisé des test je l'utilisait uniquement comme contraception afin d'éviter un risque de grossesse. L'avantage c'est qu'il s'agit d'un moyen de contraception « mécanique » qui ne libère pas d'hormones dans le sang et qui ne présente donc aucun des effets indésirables que peut avoir par exemple la pilule. Les inconvénients sont pour ma part surtout liés à la relation sexuelle en général : il faut toujours avoir un préservatif sur soi sinon pas de place à l'imprévu, les sensations procurées pendant le rapport peuvent être différentes etc... Aujourd'hui, suite à un « accident » je souhaiterai me protéger autrement mais je ne sais pas vers quel moyen de contraception me tourner. Cet « accident » dont je parle est arrivé il y a quelques jours. Lors d'un rapport sexuel avec mon copain le préservatif (masculin) s'est malheureusement rompu. Nous sommes alors immédiatement partis dans une pharmacie pour récupérer une pilule d'urgence et éviter une grossesse non désirée. Toutefois à l'heure où j'écris ce témoignage je ne sais pas si cette pilule a fonctionné ou non et le stress avec lequel je vis depuis ces quelques jours ne me lâche pas. Dans cette situation, hormis mon copain qui se sent coupable et qui s'en veut terriblement, même si ce n'est pas de sa faute, je n'ai reçu aucun soutien et j'ai la terrible impression d'être livrée à moi-même. Voilà pourquoi l'article de Marie me touche autant. Je pense bien évidemment qu'il pourra m'aider dans ma décision au travers d'autres témoignages mais aussi aider un grand nombre de femmes. Nous ne sommes pas assez informées au sujet de la contraception et de la sexualité en général et un grand nombre de questions que nous posons restent sans réponse. Parfois nous sommes un peu seules et perdues dans les choix que nous devons faire alors soutenons-nous et parlons-en, la sexualité ne doit plus être un sujet tabou.
" - Anonyme

 

 

 

" J’ai commencé à prendre la pilule à 16 ans. La première était la bonne, aucun effets secondaires, je me sentais bien dans ma tête et dans ma peau. Du moins les trois premières années… Post bac, entrée en Ecole de Commerce, des allers-retours quotidiens au sein de la capitale. Métro, boulot, dodo. Je me sens fatiguée, angoissée, vidée. Plus aucune envie, plus aucune joie. Un sentiment de mélancolie permanent me suit et je suis persuadée que c’est dû à un rythme de vie effréné. Côté libido, rien ne va plus non plus. Pourtant, j’aime la personne avec qui je suis. Je suis folle de lui. Mais rien n’y fait et je reste bloquée dans cet état durant plusieurs mois. J’entame une thérapie et la question de la pilule surgit : « prenez vous la pilule mademoiselle ? » Effectivement, je la prends. Mais jamais la question de la pilule ne m’avait traversé l’esprit. Je l’arrête. Et en l’espace d’un mois, je retrouve ma libido. Quelques semaines plus tard, ma mélancolie disparaît petit à petit. Et je n’ai aucune envie de reprendre ce poison. Plus jamais. Alors oui, bien évidemment, la pilule n’était pas à 100% fautive mais je sais que cela a beaucoup joué. Depuis, nous utilisons des préservatifs avec mon compagnon. Nous avons appris à faire avec et nous nous connaissons par cœur. Cela n’a pas d’impact direct sur nos relations sexuelles mais nous savons tous les deux que ce serait encore mieux sans. Je songe à me faire poser un stérilet en cuivre, suite à de nombreuses recommandations de la part de mes amies. En tout cas, une chose est sûre plus jamais d’hormones… " - Anonyme

 

 

 

 

 

 

 

  • Le stérilet au cuivre : Il se place dans l’utérus par un médecin. Il ne libère pas d'hormones mais est très peu utilisé en France aujourd'hui. Ce stérilet  agit directement sur les spermatozoïdes, en les rendant inactifs par l’effet du cuivre.  Le cuivre va aussi agir directement sur la nidation, en empêchant que l’ovule prenne place dans l’utérus.Il a donc un double rôle protecteur !

" C'est naturel, sans hormones, si j'ai bien compris c'est la réaction du cuivre qui fait l'effet contraceptif. Honnêtement lors de la pose j'ai eu mal comme jamais...mais le lendemain tout était good ! L'avantage c'est que tout est naturel, je retrouve mon corps. La pilule me faisait prendre au moins 5kg, j'avais des problèmes de circulation sanguine, de libido, etc !Et depuis le stérilet tout va mieux. Les deux seuls gros inconvénients c'est la douleur au moment de la pose et que je ne sais jamais vraiment quand je vais avoir mes règles " - Faustine

"J'ai le Mona Lisa, posé par mon gynéco depuis 2 ans ! Je ne voulais plus d'hormone suite à plusieurs essais de pilule qui n'ont pas été satisfaisants. Les inconvénients sont la douleur au moment de la pose et des douleurs de type contraction pendant les deux premiers jours de mes règles. J'ai aussi la poitrine gonflée mais ça ne me gêne pas ! L'avantage c'est que je ne prends plus d'hormones, j'ai l'impression que mes sensations sont vraies : si j'ai plus ou moins de libido c'est de mon fait et non à cause des hormones ! " - Marine  

" J'ai posé mon stérilet sans hormone il y a 1 an et demi, après avoir été sous pilule pendant environ 6 ans. Je n'avais pas de problème particulier avec la pilule hormis quelques oublis. Ayant un copain depuis 5 ans et demi c'était quand même un problème . Etant également fumeuse, ce qui ne fait pas bon ménage avec la pilule, mon gynécologue m'as conseiller la pose du stérilet. Il a été très pédagogue et m'as tout expliqué concernant les risques notamment le fait qu'il peut descendre et donc perdre son effet contraceptif, les risques de grossesses extra-utérine. Il m'as également expliqué comment le stérilet était posé. C'est une sage femme qui me l'as posé et qui me suit encore actuellement.  Concernant la pose je n'ai pas eu mal c'est plutôt un moment gênant car on a l'impression qu'on nous gratte à l'intérieur du ventre. La pose dure environ 30 seconde. J'ai ensuite eu des douleurs pendant 48h mais largement supportable, c'est comme des  petites contractions de l'utérus. J'ai eu un contrôle 2 semaines plus tard et maintenant je fais des contrôles tous les ans? Je suis désormais tranquille pour 5 ans ! Concernant mon cycle , le ynécoloue et la sage femme m'avait dit qu'il ne serais peut être pas régulier tout de suite, mais par chance j'étais réglée parfaitement dès le premier mois. Par contre mes rèles sont naturelles, donc j'ai des douleurs au ventre le 1er jour et elles durent 1 semaine jour pour jour. Avant elle étaient moins abondantes et moins longues ! Après 1 an avec le stérilet, jamais je ne reviendrais en arrière. C'est tellement plus confortable et plus naturel ! Je n'ai plus de contraintes et je suis tranquille pendant 5 ans !! Je le recommande à toutes celles voulant sauter le pas ! " -

Méthodes hormonales

  • L'anneau vaginal : C' est une bague ou anneau souple en plastique, qui contient des oestroprogestatifs de 3ème génération. C’est donc la même composition qu’une pilule micro dosée.

"J'ai commencé la pilule à 17 ans, mais je me suis vite sentie mal à cause des effets secondaires qu'on lui connait, principalement la prise de poids et les sauts d'humeurs pour moi. Après conseils de mon gynéco, je me suis lancé avec l'anneau. C'est un anneau en silicone chirurgical et mou que l'on insert dans le vagin pour 3 semaines ! Il est imprégné d'hormones se diffusant grâce à la température du corps. Il s'utilise au même rythme que la pilule : le premier se met le premier jour des règles puis toutes les 3 semaines avec une pause de 1 semaine entre chaque, correspondant à la semaine de règles. C'est la révolution pour moi ! Aucun effets secondaires, réglée comme un coucou et le bonheur de ne pas avoir à y penser pendant tout mon cycle et il se retire ponctuellement pour les rapports ! Seul inconvénient, ce n'est pas remboursé par la sécu... " - Pauline

 

  • L'implant : C'est un petit bâtonnet cylindrique chargé d’hormones progestatives. Il agit comme une pilule directement sur l’ovulation en la bloquant.  Elle est en fait mise en sommeil pendant 3 ans par la diffusion en continu et à faibles doses des hormones

"Je me le suis fait poser à 17 ans, par peur d'oublier ma pilule. La dose quotidienne d'hormone m'as rapidement causé des maux de tête, des règles pendant plusieurs mois et des saignements pendant l'acte. J'ai ensuite commencé à avoir des douleurs pendant l'acte et des douleurs en bas du ventre à en avoir des malaises. J'ai décidé de le faire retirer mais avec le calcium et le plastique une espèce de coque c'était développée autour de l'implant et le retirer a été très douloureux, sans parler de la prise de poids rapide et des sautes d'humeur " - Victoria

"J'ai mis un implant il y a 3 ans et je l'ai toujours bien supporté ! La première année je n'ai plus eu de règles, le rêve ! Puis à partir de la deuxième année, elles sont revenus de manière aléatoire. J'avais toujours eu des règles douloureuses et j'oubliais souvent ma pilule c'est pour ça que j'ai choisis l'implant Pour le moment c'est la contraception qui me convient " - Katia

 

  • Le patch :C'est un petit timbre carré autocollant de couleur chair, qui contient et diffuse des hormones au contact de la peau. Ce mode de contraception a la même composition qu’une pilule oestroprogestative et agit en bloquant l’ovulation.

" A la base je prenais la pilule et je suis tombée enceinte. J'ai décidé de changer de contraceptif pour quelque chose qui correspondait mieux à mon rythme de vie et moins handicapant que de devoir prendre des comprimés à heure fixes. Au planning familial on m'as donné une brochure avec tous les contraceptifs existant et je suis tombée sur le patch. Certes il n'est pas remboursé par la sécurité sociale mais il n 'as pas d'effets indésirables. La dose hormonale passe de manière épidermique dans le sang et de façon douce ( pas de pic d'hormones ) et continue pendant 1 semaine. Le patch ne se cane qu'une fois par semaine pendant 3 semaine , la quatrième semaine étant celle des règles qui sont de vraies règles contrairement à la pilule. Il peut être posé à différentes zones ( bras, omoplate, fesses, bas du ventre,..) Perso je le pose sur le pubis comme ça il ne se voit pas ni en maillot ni en sous vêtements ! Et évidement il tiens à l'eau ! J'ai ce contraceptif depuis 2009 et je ne le changerais pour rien au monde ! Le seul inconvénient c'est les remarques quand on le porte au bras pour savoir si c'est pour arrêter de fumer, mais est-ce vraiment important au final ? " - Jenn

" J'utilise les patcs car je n'ai pas beosin d'y penser tous les jours mais seulement 1 fois par semaine. Ca fait 4 ans que j'utilise ce contraceptif ! Pas besoin d'y penser et il est très efficace. Mais il a quand même quelques inconvénients, car il n'est pas remboursé (50/65 euros les 3 mois) , toutes les pharmacies n'en ont pas, la colle peut un peu glisser et il peut vite être oublié quand on part en vacances ! J'ai aussi remarqué que je commence à faire de l’eczéma à l'endroit ou je pose mon patch.." - Loue

 

  • Les stérilets : Disposé directement dans l'utérus par un médecin, le stérilet libère en continu des hormones. Ils sont efficaces plusieurs années mais nécessite un suivi gynécologique régulier.

" J'utilise depuis 6 ans maintenant un stérilet hormonal appelé Jaydess ! Idéal pour les ados ou les jeunes femmes ! Un moyen de contraception très pratique pour les filles qui ont tendance à oublier la pilule. Les avantages sont : la durée de 3 ans , la bonne efficacité de la contraception et peu d'effets secondaires. Les inconvénients sont : la douleur lors de la pose et l'apparition de temps à autre de maux de ventre " - Lucile

" J'ai voulu arrêter la pilule car trop d'hormone mais le stérilet en cuivre ne convenait pas à mes menstruations douloureuse. J'ai opté pour le stérilet aux hormones car il ne les délivre que dans l'utérus et non dans le sang comme la pilule. Les 8 premiers mois étaient parfait ( sans menstruations, moinsde boutons, plus de migraine... mais j'ai développé par la suite des kyste ovariens hémorragiques provoquant des douleurs d'accouchements.. J'ai dû l'enlever et retour à la case départ avec la pilule "- Elora

 

J'espère que ce duo d'articles aura permis de répondre à certaines de vos  questions ! La contraception est un sujet bien trop important et encore beaucoup trop tabou. Si vous voulez lire l'article concernant mon arrêt de la pilule, c'est par ici. J'espère qu'il vous aidera également à choisir LA contraception qui vous convient le mieux ! N'hésitez pas aussi à partager votre expérience sur la contraception que vous utilisez en commentaire, chaque expérience est bonne à entendre !!

Love ♥

Jupe culotte et body à noeuds

Jupe culotte et body à noeuds

Arreter la pilule : Pourquoi et à quel prix ?

Arreter la pilule : Pourquoi et à quel prix ?